Deux mois déjà que nous vous avons laissés sans nouvelles ! Fleur de Sel n’a pas beaucoup bougé, puisque nous nous installons progressivement dans un mode de vie plus « commun ». Et pourtant, au milieu des obligations terriennes et des démarches multiples, nous avons cependant réussi à nous éclipser par deux fois avant le week-end passé. Une première fois à l’Ilot Maître fin juin, pour sortir de Nouméa et prendre un peu l’air juste en face. Et puis surtout fin juillet, un petit week-end à l’Ile Bailly.

Mais cela mis à part, nous n’avons pas vraiment bougé de Port Moselle, l’une des marinas de Nouméa. Celle qui est à la fois la plus abordable, et la seule où il soit véritablement possible d’espérer avoir une place. Dans la baie de l’Orphelinat, il y a bien celles de Port du Sud et du Cercle Nautique Calédonien, mais pour la première la vie à bord n’est plus acceptée, et pour la deuxième la liste d’attente est bien trop longue et n’est ouverte qu’aux membres, ce qui signifie donc payer des sommes non négligeables pour espérer, peut-être, avoir une place dans quelques années.

Non, ne reste de l’espoir qu’à Port Moselle, où la liste d’attente est longue aussi, mais où le personnel fait véritablement de son mieux pour pallier au manque de place chronique. Pendant trois mois nous avons pu rester au ponton visiteurs, sachant qu’on pouvait nous demander du jour au lendemain de libérer la place si de nouveaux arrivants en avaient besoin. Premier arrivé, premier parti !

A chaque période de mauvais temps, les Kiwis, Australiens et autres oiseaux du voyage dont nous faisions encore récemment partie venaient en nombre s’amarrer ici, si bien que plusieurs fois nous avons cru notre heure arrivée, le ponton visiteur ne comptant plus qu’une ou deux places libres. Nous repérions les pavillons jaunes, indiquant qu’un bateau arrive de l’étranger, ce qui le rend encore plus prioritaire, puisqu’il doit faire ses formalités. Mais non, nous n’avons pas perdu notre place, et c’est aussi pour cela que nous n’osions pas trop sortir le week-end, de peur de ne pas être autorisés à revenir à quai !

Et puis il y a quinze jours la capitainerie nous a proposé une place temporaire, pour trois mois, pendant l’absence d’un bateau local. Ça tombe bien, car d’ici à novembre, ce sera la haute saison, celle où l’affluence est au maximum, comme nous avions pu le remarquer lors de notre visite de l’année passée. Un peu plus tard, il nous faudra bien nous préoccuper de trouver une place pour la saison cyclonique, qui commence début décembre, mais nous sommes déjà inscrits au tirage au sort pour les places sur le ponton visiteur, et il n’y a pas grand-chose de plus que nous pouvons faire d’ici là. Au pire, nous aurons droit d’aller au mouillage, mais nous aurons au moins gagné quelques mois bien pratiques en marina, c’est déjà ça ! Il faudra juste se réfugier dans la mangrove lorsqu’une belle dépression approchera de trop près…

Le mouillage, nous vous en parlerons lorsque nous l’expérimenterons vraiment. Pour l’instant nous n’y avons goûté que l’année passée, en touristes, ce qui n’était déjà pas une mince affaire. Alors comme actifs tenus de respecter des horaires, ce sera une autre aventure, mais chaque chose en son temps ! Pour l’instant, nous sommes amarrés, et avec les « coups d’ouest » qui commencent à rendre le mouillage quelque peu précaire au passage d’un front, nous en sommes bien heureux.

Voilà donc pour les nouvelles de Fleur de Sel, qui, d’oiseau du large, devient maintenant domicile un peu plus fixe et « day-sailer » sur le lagon. En attendant, un jour, de repartir, mais plein d’autres aventures et plein de découvertes nous attendent auparavant sur le Caillou !

4 commentaires

  1. Marie-Caroline Remy écrit :

    En manque de lecture… je suis allée faire un petit tour sur votre site et ai eu la surprise d’y trouver un nouvel article tout frais.
    J’ai l’impression que vous avez perdu l’habitude d’envoyer le fameux
    « journal • belle-isle • eu a publié un nouvel article »
    que nous sommes nombreux à attendre.
    Comme à chaque parution, j’imprime l’article et le poste séance tenante à Grand Papa qui, bien que sans connexion internet, peut ainsi vous suivre depuis votre départ sur son atlas. Je pense qu’avec cet arrêt à Nouméa, il est un peu frustré de ne plus avoir de vos nouvelles régulièrement et que « Place, place » lui fera plaisir.
    Je vous embrasse tous les deux. Maman

    22 août 2013, 13 h 52 min
  2. Nicolas

    Nicolas écrit :

    Etrange, pourtant le message devrait partir à tous les abonnés lorsque nous publions un article !
    Mais nous sommes contents que Grand Papa puisse ainsi avoir de nos nouvelles…

    23 août 2013, 7 h 32 min
  3. Jean écrit :

    Le mail  » journal  » arrive dans la catégorie Spam de Gmail depuis 2 mails. Je ne sais pas pourquoi. Je lui ai indiqué « non spam » mais cela n’a rien changé.

    Ceci explique cela.

    26 août 2013, 13 h 49 min
  4. Nicolas

    Nicolas écrit :

    Merci Jean pour cette explication. Si vous receviez les alertes et que ce n’est plus le cas, je vous invite donc tous à vérifier votre dossier Spam et à apprendre à Gmail (ou à votre service de mail) qu’il ne s’agit pas de spam.

    30 août 2013, 22 h 44 min

Nous serions heureux d'avoir votre commentaire !

*