Après plus d’un mois et demi dans l’archipel des Gambier, nous avons finalement réussi à lever l’ancre. Pas sans une impression de ne pas avoir eu assez de temps, ni sans un pincement au cœur. Mais, celui-ci n’est pas dû à une appréhension de la semaine de navigation devant nous (les choses ont bien changé depuis notre départ d’Europe, où la traversée du Portugal aux Canaries ressemblait à un grand saut), mais de devoir laisser si rapidement des gens adorables et intéressants que nous avons à peine eu le temps de connaître.

Eh oui, le temps file et d’autant plus lorsqu’on se sent bien quelque part. Et on aurait pu passer encore des mois, des années à explorer les îles de ce petit archipel et à partager des moments de vie avec leurs habitants.

Nous voulions partir samedi, mais ayant couru tout le vendredi, la météo étant maussade et devant encore bidonner pour remplir notre réservoir d’eau, nous avons décidé de partir tôt le dimanche matin. Cela nous laissa le temps de faire tranquillement les formalités de départ et de dire au revoir à Hélène et Tepano. Bien plus qu’avec tous les cadeaux avec lesquels ils nous ont gâtés, ils ont enrichi notre séjour en nous faisant découvrir leur univers. Et puis surtout, partir dimanche nous permit de nous reposer avant le départ.

En effet, entre les dernières courses, les lessives, la préparation du bateau, la concoction de quelques plats à manger en mer, les derniers mails, Skype et autres surfs pour profiter d’internet, nous étions déjà pas mal occupés les jours précédents.

De plus, un nouveau voilier est venu et nous voulions les inviter à boire un verre avec un autre voilier avec lequel nous n’avions pas encore eu l’occasion de discuter beaucoup. Jeudi soir, nous voici donc réuni tous les six dans notre carré pour une soirée sympa à partager nos vécus respectifs de voyages sur l’eau.

Vendredi, un heureux hasard nous fait rencontrer la mairesse, qu’on appelle ici Tavana. Elle nous propose, avant que nous ne partions, de visiter la cathédrale qui est en rénovation complète. Nous sommes ravis! Cela fait deux fois que nous essayons de rentrer pour voir l’intérieur et que nous nous cassons le nez car le responsable n’était pas là. Déjà que nous ne pourrons pas participer à la grande fête d’inauguration, qui aura lieu début décembre, nous espérions au moins la voir quasiment prête. La fête va probablement être grandiose. Cela fait des mois que la population prépare cet évènement. Entre autre, en mettant dans leurs grands congélateurs de bonnes choses à manger qui seront partagées entre tous après avoir mijoté dans un gigantesque four tahitien.

Après un rapide déjeuner, nous attendons Tavana à 13h30 devant la cathédrale et avons droit à une petite visite guidée avec un couple de touriste de Nantes. Ils sont directement venus de France aux Gambier pour y passer 2 semaines, sans s’arrêter ni à Papeete ni dans d’autres îles plus courues. Du jamais vu apparemment. Ils se rendent compte que les structures touristiques à Mangareva ne sont pas très développées. Par exemple, ils espéraient louer un bateau pour se balader sur les différentes îles, mais ce service n’existe pas ici. Néanmoins, leurs hôtes Benoît et Bianca ont l’air de faire en sorte qu’ils aient un séjour agréable et enrichissant, et les amènent aussi visiter les motus et les autres îles hautes de l’archipel.

Nous invitons ce couple sympathique à bord pour un verre rapide, car nous sommes invités le soir même chez Chantal et James, le chef de la gendarmerie locale. Chantal nous aura préparé un repas succulent et superbement présenté, un régal pour les sens. Et nous découvrons un peu tard ce couple accueillant et intéressant qui a été envoyé de France pour travailler 3 ans aux Gambier. Ils nous racontent quelques histoires de leurs vécus et les difficultés dans ce nouvel environnement, loin de leurs enfants (même si ceux-ci sont adultes). Sacré expérience de vie que la leur !

Allez, il faut qu’on bouge, Fleur de Sel s’impatiente et les rémoras commencent à prendre racine sur sa coque. Mais merci infiniment à vous tous qui nous avez ouvert vos portes et vos cœurs et d’avoir partagé ces bons moments avec nous. Nous voici entourés du bleu profond du Pacifique avec sa grande houle qui vient du Grand Sud et nous avons des perles plein les yeux de tous ces merveilleux souvenirs des Gambier.

Heidi

1 commentaire

  1. maria santa montez écrit :

    quels récits extraordinaires, chers amis navigateurs ! les portuguais étaient connus jadis pour leur esprit d’aventure en mer mais le vôtre !… formidable –
    nous avons chez nous en visite les parents de Claire de Valence – Bernard et Brigitte. On a parlé de vous et de votre voyage en mer et je leur ai passé votre link. Quand j’ai été en Indonésie, le mois dernier, aux Molucas – je me baignais dans le Pacifique et en regardant le grand océan j’ai pensé à vous , un peu plus près et vous ai souhaité de bons vents . Bons vents pour Fleur de Sel Maria Santa et Carlos Montez (parents de João Montez )

    18 octobre 2011, 11 h 08 min

Nous serions heureux d'avoir votre commentaire !

*