750 milles environ séparent les Iles Canaries des Iles du Cap-Vert, ce qui signifie pour Fleur de Sel environ une semaine de mer au portant. Sur ce trajet de près de 1’400 km, nous avançons en effet poussés par les alizés, ces vents tropicaux qui soufflent du nord-est. Voici notre carnet de bord, afin que vous puissiez vous faire une idée du rythme de la navigation en traversée au large.

Samedi 22 mai

En début d’après-midi, nous larguons les amarres, évidemment plus tard que nous le souhaitions. Mais il nous restait d’inévitables choses à faire, alors que nous quittons l’Europe et le confort d’une marina. Un bon coup d’aspirateur, puisque la prochaine prise 220V que nous croiserons est encore bien éloignée, le plein d’eau à ras bord, car le Cap-Vert souffre de sécheresse chronique, quelques dernières lessives pour la même raison… Dans notre impatience du départ, nous en oublierons même d’aller acheter du pain, ô malheur !

Rien de tel qu'un gâteau d'anniversaire pour commencer une traversée !

Rien de tel qu’un gâteau d’anniversaire pour commencer une traversée !

Le trajet débute de manière surprenante au près, alors que nous longeons la côte sud de La Gomera. Le dévent que créent les îles est redoutable, et le vent forme de grands tourbillons en aval. La mer est calme, et c’est agréable pour entamer la traversée, même si du coup le soleil tape pas mal. Une grande première pour moi : Heidi monte dans le cockpit avec un beau gâteau au chocolat, couronné d’une bougie. C’est la première fois qu’on fête mon anniversaire en mer, et le gâteau est délicieux ! Cette affaire se présente bien :-)

Après du vent de sud, puis sud-est, puis est, une saute à l’ouest, rotation au nord-ouest, nous voici enfin avec du vent à peu près du nord. Je ne sais combien de tourbillons nous avons traversé, et par temps un peu nuageux on les voit bien sur les photos satellites. Mais pas de nuage aujourd’hui, donc impossible à voir. La houle du nord-ouest s’installe, pas très haute, un à deux mètres, mais pile par le travers et ça nous fait bien rouler. Heidi s’en trouve rapidement assommée. Heureusement qu’elle a réussi à dormir avant. Une fois la nuit tombée, nous sommes dégagés et le vent monte un peu, alors on prend 2 ris dans la grand-voile.

Dimanche 23 mai

Le vent du nord est assez dynamique, et quelques vagues bien humides viennent balayer le pont. Hier soir, voulant augmenter les chances de prises à la traîne, j’ai installé deux lignes, une sur chaque bord. En milieu de nuit, j’ai l’impression que ça a mordu sur l’une d’elles. Je la remonte pour constater que c’est l’autre qui a mordu sur la première ! Je passe alors plus de 2 heures à démêler le tout à la lumière de la frontale… C’est ça d’être trop gourmand ! Heureusement, il fait bon, et c’est un plaisir de pouvoir faire ses quarts de nuit en T-shirt. Sauf au moment où une vague vicieuse vient s’écraser sur mon dos, me trempant du cou à la ceinture ! Allez, ça sèche vite sous ces latitudes…

Heidi prend son quart en fin de nuit, et s’attaque aux cours de brésilien que nous avons trouvé sur Internet en podcast. Plus de 600 leçons, il y a de quoi faire, et elle en fera une dizaine ce matin. Dans la matinée, alors que je pique un bon somme récupérateur, Heidi aperçoit plusieurs poissons volants qui sautent de vague en vague. Ca sent les alizés…

La suite de la journée est relativement calme, avec un vent tournant plutôt vers l’est et un temps assez couvert. Relativement calme, d’ailleurs, car la mer continue de faire rouler le bateau, mouvement que Heidi apprécie assez peu. Elle passe donc une bonne partie de son temps allongée. Jusqu’en fin d’après-midi où j’aperçois quelque chose qui nous suit dans le sillage. Je remonte donc la ligne de pêche. Pas de doute possible. A la couleur, nous savons tout de suite que c’est une dorade coryphène qui a mordu. Elle est d’un jaune doré très prononcé, couleur qu’elle perd malheureusement en mourant. Je m’équipe donc d’un couteau et d’une planche à découper. Au menu de ce soir, coryphène au gingembre, que nous mitonnons au four. Un délice !

Pendant ce temps-là, nous croisons un cargo, le premier bateau que nous voyons depuis La Gomera. Enfin, la nuit tombée, nous empannons, car le vent tourne au nord. J’essaie de décrypter les oscillations de l’alizé, pour essayer d’en tirer le meilleur parti, mais je ne suis pas encore très expérimenté.

Lundi 24 mai

Il y a un fuseau horaire de décalage entre Canaries et Cap-Vert, mais ces dernières n’ont pas d’heure d’été. Ca fait donc deux heures à ajouter. A bord, nous changeons d’heure quand nous le choisissons. Au milieu de la nuit c’est souvent le plus pratique. Aussi à 1 heure du matin, nous remontons les aiguilles, et il est de nouveau minuit. Nous referons de même d’ici quelques jours. Il nous reste alors 600 milles à parcourir. Fleur de Sel enchaîne des bonnes journées, à raison de 100 milles en 24 heures environ.

C’est Tonton Régale qui barre, et une fois réglé, si on ne fait rien, il suit les évolutions du vent. De temps en temps, alors que le vent oscille d’un bord sur l’autre, nous manoeuvrons donc pour conserver un cap à peu près orienté comme il faut. Grand largue sur un bord, puis voiles en ciseaux vent arrière, puis grand largue sur l’autre bord… Et on revient dans l’autre sens quand le vent revient. Ca demande un peu de boulot, car pour éviter que la houle ne fasse trop battre les voiles, nous avons gréé une retenue de bôme sur chaque bord, et nous tangonneons le génois. Ca fait pas mal de bouts qui courent sur le pont, et étant donné que nous nous attachons pour aller sur la plage avant, il faut éviter de faire un sac de noeuds de tout cela !

Dans l’après-midi, nous entendons un bruit suspect, comme si quelque chose était tombé sur le pont. En vérifiant le gréement aux jumelles, je constate que c’est l’un des nouveaux coulisseaux de grand-voile que semble s’être détaché. Un anneau brisé qui vient verrouiller un axe percé s’est vraisemblablement cassé ou tordu en s’appuyant sur le mât. Je retrouve l’axe percé sur le pont, mais pas la ferrure qui solidarise la latte au coulisseau. La grand-voile est notre bête noire depuis le départ, et nous avons déjà passé 10 jours à attendre ces pièces à La Gomera. De toute manière, il va maintenant falloir improviser quelque chose, car ce n’est pas au Cap-Vert que nous trouverons une pièce de rechange ! Pour l’instant, ça semble tenir, on ne touche pas, mais nous éviterons le plus possible d’empanner la grand-voile.

Pour le dîner, j’utilise une pâte brisée que Heidi avait préparée à l’avance pour préparer une tarte aux poires. Ca sent bon dans tout le bateau, miam ! Puis commence la nuit. Je veille tout en vérifiant les cartes marines électroniques pour la suite de notre parcours, en vérifiant si le temps que nous observons correspond aux prévisions météo que nous avons prises avant de partir, en lisant le petit guide touristique que nous avons trouvé sur le Cap-Vert. L’AIS et le Mer-Veille sont en fonctionnement permanent, mais un petit tour d’horizon s’impose de temps à autre. Pas un seul feu à l’horizon. Seule brille la Lune.

Mardi 25 mai

La mer semble se tasser un petit peu au petit matin, ce qui nous offre quelques heures de repos sympathique à l’un et à l’autre. Bien que nous passions beaucoup de temps à dormir, on est tout le temps fatigué. Il faut donc se trouver des activités prenantes pendant son quart, histoire de ne pas d’endormir ! Mais pas le temps de chômer, mis à part quelques pages du guide, je n’ai pas eu le temps de lire grand chose depuis le début. Il y a toujours la cuisine à faire (ça prend 3 fois plus de temps quand tout semble valser à chaque instant), ou bien la vaisselle (avec décrassage, lavage et rinçage à l’eau de mer, puis enfin un rinçage à l’eau douce, histoire d’en utiliser le moins possible), ou bien la ligne de pêche à surveiller (cette nuit, une agrafe rapide a lâché et on a perdu encore un bas de ligne), ou bien encore un article à écrire !

A 8 heures TU très précises, nous franchissons ce matin une ligne invisible : le Tropique du Cancer (23°26.3’N). Le paysage n’est pas exactement le même que lorsque Fleur de Sel avait passé le Cercle Polaire Arctique, c’est le moins que l’on puisse dire ! L’eau atteint 23°, le vent offre une fraîcheur bienvenue en milieu de journée et nous sommes maintenant officiellement sous les Tropiques. Histoire de m’amuser, je calcule que le Soleil étant actuellement autour de 21°N (c’est presque le solstice d’été dans l’hémisphère nord), le Soleil de midi est aujourd’hui encore à notre sud, demain 26 mai il passera pile au-dessus de nos têtes, et après-demain le Soleil passera à notre nord et non plus au sud comme d’habitude : ça va être déroutant ! En plus, le coucher du Soleil donne une lumière un peu blafarde ce soir. L’air est sans doute chargé de poussières venues du Sahara, et bien que le ciel reste plutôt clair, la luminosité du soleil s’atténue fortement près de l’horizon. On sent que le climat ici n’est vraiment plus le même…

En regardant la carte, il y a quelque chose de frustrant à descendre des Canaries directement au Cap-Vert. A moins de 200 milles par le travers, nous longeons depuis le début la côte du Sahara Occidental. Quels paysages ? On aimerait les apercevoir… Des dunes sahariennes, probablement. Quelques villages de pêcheurs, sans doute aussi. J’ai repéré sur la carte une baie abritée qui mériterait une petite exploration, Bahia de Ria de Oro. A partir de ce soir, ce sera la Mauritanie, puisque nous passerons prochainement le Cap Blanc, qui marque la frontière entre les deux pays, et ferme au nord la Baie du Lévrier. Le Banc d’Arguin, le radeau de la Méduse, ça vous dit quelque chose ? Il parait que ce coin est de toute beauté. Mais voilà, nous ne sommes les bienvenus ni d’un côté ni de l’autre. Les sites de voyage déconseillent fortement la visite de ces deux pays, pour des raisons de sécurité, les instructions nautiques américaines parlant d’attaques aux roquettes contre des cargos (!), et de toute manière il faut certainement obtenir une pléthore d’autorisations. Nous nous consolons à la lecture du guide du Cap-Vert qui laisse lui aussi deviner un pays splendide et nettement plus accueillant. Nous nous contenterons donc de ces petits cailloux éparpillés dans l’Atlantique comme seule escale africaine.

Mercredi 26 mai

Le ciel devient chargé de brume sèche et prend la couleur du Sahara

Le ciel devient chargé de brume sèche et prend la couleur du Sahara

Nuit relativement atypique, avec plus de nuages que d’accoutumée. Heidi a même essuyé quelques gouttes de pluie. Ce sont les premières que Fleur de Sel reçoit depuis longtemps ! Et il fait même un peu frais au petit jour. Nous contournons sans doute une dépression située sur le Sénégal, et si ça se trouve elle nous envoie ce temps un peu bouché. Durant la nuit, ce sont aussi deux dauphins qui viennent rapidement saluer Heidi dans la pénombre. Il ne fait pas tout à fait noir avec la Lune qui se remplit de jour en jour. Et puis au petit matin, sur l’un des passavants, nous trouvons un poisson-volant, qui a du se planter là par erreur. Je le découperai un peu plus tard pour essayer de faire sécher ses filets au Soleil et au vent.

A la mi-journée, il fait de nouveau bien frais, mais le vent monte doucement. Fleur de Sel accélère bien, malgré la voilure réduite que nous portons. Les moyennes journalières vont croissant. 4,3 noeuds le jour du départ, puis respectivement 4,6 noeuds, 5,1 noeuds et aujourd’hui 5,2 noeuds. Ca trace sérieusement et régulièrement. Ce sont les Alizés, nom qui dérive d’un ancien mot latin signifiant « régulier ». En revanche, petite frustration tout de même, ça ne mord pas beaucoup au bout de la ligne de pêche… Ce n’est pas faute d’essayer, mais il semble que soit nous n’attrapons rien, soit nous perdons les bas de ligne (touche trop grosse, sans doute), soit nous remontons la ligne trop tard pour nous rendre compte qu’on a du manquer une prise. Avis donc aux pêcheurs avertis, nous sommes preneurs de conseils pour la pêche à la traîne, parce que visiblement notre technique n’est pas bonne…

Dans l’après-midi, chose rigolote, nous passons les 21°N en même temps que les 21°W. Ca n’est absolument pas lié, mais il ne faut pas se tromper en reportant les positions, et bien garder en tête ce que sont latitude et longitude. Et puis nous terminons l’après-midi par un petit apéritif au jamón serrano espagnol (puisque le poisson ne veut pas monter à bord !) En accompagnement, un petit verre de vin canarien, dont nous nous servons un verre chacun, ainsi qu’une gorgée pour Neptune et une deuxième pour Eole. Bien que nous soyons en retard, il est toutefois traditionnel de faire une « offrande » aux dieux de la mer et du vent lorsque l’on passe les lignes majeures comme les Tropiques, et surtout l’Equateur.

Jeudi 27 mai

Progressivement dans la nuit, puis dans la journée, le vent monte, et la mer se lève. Juste assez pour que Heidi qui se sentait progressivement mieux rechute un peu. Le vent atteint sans doute à force 6, mais au portant c’est difficile de se faire une idée précise, vu que la sensation est amoindrie par notre vitesse qui grimpe elle aussi. Quant aux vagues, elles finissent par atteindre 2 à 3 mètres par l’arrière. Ca reste bien maniable, mais le roulis que ça provoque est assez inconfortable, et le bateau fait malgré tout de temps en temps des lacets au passage des crêtes.

Même si ça bouge bien, nous profitons du soleil de midi pour faire une bonne toilette car nous commençons à nous sentir un peu sales avec tout ça. Suit un bon déjeûner ensemble, avant qu’Heidi ne parte faire la sieste, car elle a fait le quart du matin pendant que je récupérais. Dans l’après-midi, j’avance donc ma lecture du petit guide sur le Cap-Vert, je tente plusieurs configurations de ligne de pêche, mais aucune prise. Il faut dire que ça commence à bien surfer, et je ne sais pas si nos leurres plongent suffisamment vu le sillage que Fleur de Sel trace à 6 ou 7 noeuds. Pourtant, il doit bien y avoir du poisson, car nous croisons un bateau de pêche, le premier depuis 3 jours.

En fin d’après-midi, nous décidons d’ailleurs d’affaler la grand-voile, histoire de ne pas s’embêter pendant la nuit si jamais ça forcit encore. Nous continuons donc sous génois partiellement roulé et tangonné, appuyé par la trinquette. Et ça va aussi vite ! La moyenne du jour sera de 6,2 noeuds, toujours en hausse ! Mais la nuit sera des plus inconfortable, la pire depuis longtemps, sans doute, puisque nous nous faisons balloter d’un bord sur l’autre sans répit aucun. Heureusement ça devrait être la dernière nuit en mer, puisque l’arrivée devrait se faire à la mi-journée demain.

Venredi 28 mai

Pendant la nuit, la pleine Lune inonde le ciel de sa clarté. Tout comme de jour, celui-ci parait chargé de poussières ou d’humidité, tant et si bien qu’on voit très peu d’étoiles, et que la lumière est très diffuse. Pourtant, alors que je sors un moment vérifier que tout va bien et qu’aucun bateau n’est en vue, une énorme étoile filante produit un flash brillant sur tribord.

DIfficile de faire une entrée plus

DIfficile de faire une entrée plus « discrète » qu’un tel convoi !

Au petit matin, Heidi retrouve de nouveau des poissons volants qui sont venus s’échouer à bord, tandis que d’autres sautent joyeusement de vague en vague. Nous veillons un peu plus, car à l’approche de la terre, il pourrait y avoir plus de pêcheurs. Mais non, nous ne verrons personne. Même l’île de Sal se cache dans la brume sèche, et ce n’est qu’à 8 milles que je devine la silhouette de ses deux collines côniques au travers de l’air légèrement opaque. Pas un arbre, pas une plante. La côte nord semble un désert minéral. Les cartes étant vieilles et incertaines, il est recommandé de ne pas s’y fier entièrement car il pourrait y avoir des décalages. J’effectue donc une vérification entre les différentes cartes que j’ai, notre position GPS et l’écho radar que j’obtiens de la côte. Heureusement, tout semble en ordre, et de toute manière, l’entrée à Palmeira est plutôt facile, car on peut naviguer à vue.

Il n’empêche, quand on est fatigué, atterrir sur une côte inconnue n’est jamais évident, d’autant que ça arrive vite, puisque Fleur de Sel continue de tracer à 6 noeuds, surtout sur les vagues qui se lèvent un peu à la remontée des fonds. Une fois le tangon rentré et déjà à l’abri de l’île, je descends donc démarrer le moteur et là, rien… Non, ce n’est pas une blague, le moteur ne démarre pas. Les batteries ont pourtant l’air chargées. Pas le temps de chercher la panne, il va falloir y aller à la voile. Nous renvoyons donc d’urgence la grand-voile après avoir été vite réinstaller la ligne de mouillage à l’avant. Avec sa grand-voile mal hissée, Fleur de Sel ne parvient pas à remonter au vent et à virer de bord. Nous empannons donc avant de nous mettre à la côte, et nous appuyons avec la trinquette. Ca va toute de suite mieux. Quelques bords de louvoyage après, Heidi nous mène juste sous le vent des premiers bateaux mouillés dans la petite baie. Nous filons l’ancre. 40 mètres, vu le vent qui souffle toujours fort. Ouf, ça tient, on peut affaler les voiles et chercher quel est le problème sur le moteur.

C’est à ce moment là qu’arrive une barque qui hèle Heidi et lui indique qu’à cet endroit là, nous gênons la manoeuvre du caboteur de ravitaillement. Aïe, il va falloir bouger. Nous expliquons à notre gentil visiteur, en français car il nous a abordés dans notre langue, que notre moteur est récalcitrant. Qu’à cela ne tienne, il nous prend en remorque avec ses 15 chevaux, même si je suis un peu dubitatif. Une rafale nous met en travers du vent et malgré la puissance de son hors-bord, nous nous mettons à reculer doucement… Il siffle alors un autre bateau qui vient l’épauler avec 40 chevaux. Nous formons maintenant un convoi de 3 bateaux, et le moins que l’on puisse dire c’est que nous ne faisons pas l’entrée la plus discrète dans le mouillage. Nous voici maintenant mouillés bien à l’abri, et heureux d’être arrivés à bon port. En y regardant de plus près, alors que je n’ai même pas encore ouvert la caisse à outils, le moteur démarre alors, comme si de rien n’était. Murphy quand tu nous tiens !

5 commentaires

  1. silvio écrit :

    Bravo pour votre traversée sans accrocs, je suis content que tout se soit bien passé à part la GV.

    Bon repos et bonne visite !

    31 mai 2010, 23 h 40 min
  2. papyloup écrit :

    Bravo ! je vous souhaite de passer quelques jours au calme, c’est mérité.
    Pour la pêche, essaie de fixer la ligne sur un sandow ou similaire pour atténuer le choc lors de la touche. Tu peux mettre deux lignes mais il faut les décaler en longueur et sur la hauteur du point de fixation afin qu’elles puissent se croiser sans se toucher.
    Enfin, essaie de plomber plus ou moins la ligne pour explorer plus ou moins profond; à défaut de plomb, un morceau de fer à béton ou un gros boulon fait l’affaire. Si tu peux trouver de gros hameçons et du fil costaud (100/100eme ou plus), essaie un poisson volant fixé sur l’hameçon avec un plomb quelques mètres en avant. Si tu attrapes une grosse coryphène (1,2m ou plus) il te faudrait disposer d’une gaffe pour la monter à bord; un bout de ferraille pointu en forme de crochet de 15cm d’ouverture fixé sur un bâton serait OK. Un bon coup de poignard sur la nuque ne sera pas inutile non plus pour éviter un coup de queue violent dans les pieds nus (expérience vécue).
    J’espère que ces quelques idées porteront du fruit; en tout cas, tu seras le premier à pêcher à l’Exocet, c’est plus moderne que la dynamite !

    1 juin 2010, 0 h 46 min
  3. Jeannot écrit :

    Bravo pour la coryphène et les bonnes moyennes malgré les problèmes de GV.

    Profitez bien de ces îles avant la transat vers le Brésil !

    1 juin 2010, 9 h 46 min
  4. MIGUEL de CANNELLE écrit :

    Bonjour,
    ce n’est pas d’actualité pour vous en ce moment , mais je prépare un bateau pour le sud et je voulai
    savoir quel était votre solution chauffage et quel bilan après votre belle nav en Patagonie
    Merci pour tout
    Miguel

    26 février 2015, 11 h 15 min
  5. Nicolas

    Nicolas écrit :

    @ MIGUEL de CANNELLE : Je vous propose de voir la page http://journal.belle-isle.eu/2011/06/preparation-croisiere-grand-sud/ , rubrique « Chauffage et isolation ». Nous y parlons de notre poêle au gazole, solution qui nous a donné toute satisfaction.

    26 février 2015, 11 h 50 min

Nous serions heureux d'avoir votre commentaire !

*