Parmi les nombreuses questions que l’on nous a posées avant le départ, celle des communications revenait peut-être le plus souvent, signe sans doute d’un monde hyper-connecté. Oui, c’est inhabituel de ne pas être joignable partout en tout temps, mais en mer, tout n’est pas si facile.

Nous vous présentons donc ici le premier de nos moyens de communication. Le plus maritime, mais aussi le plus primordial. Sur les petits bateaux, la VHF est d’ailleurs souvent le seul moyen de communication qu’on trouvait à bord avant le téléphone portable. Mais avant cela, VHF ça veut dire quoi ? Very High Frequency, c’est en fait la bande de fréquence sur laquelle on emet avec cet émetteur-récepteur radio. Et on dit VHF par abus de langage, c’est pratique et surtout tout le monde comprend parmi les marins. Il existe des modèles portatifs, et d’autres modèles fixes, plus puissants. Nous avons un de chaque. En cas de détresse, on peut embarquer la VHF portable dans le radeau de survie, et puis c’est pratique pour communiquer avec le bateau quand on est à l’autre bout du port.

La VHF fixe de Fleur de Sel

La VHF fixe de Fleur de Sel

La VHF fonctionne classiquement avec un micro et un haut-parleur. Vous appuyez sur le micro pour parler et ce n’est pas plus compliqué que ça. Enfin… presque. Il faut choisir la fréquence, mais pour que ça reste simple, des canaux sont prédéfinis. Il doit sans doute y en avoir une trentaine, et il faut convenir avec votre interlocuteur du canal à utiliser. Le canal 16 par exemple est le canal de détresse en phonie. C’est à dire qu’en cas de besoin d’assistance urgente, nous lancerons notre appel sur ce canal. C’est aussi sur ce canal qu’on peut appeler un autre bateau afin ensuite de dégager sur un autre canal. Normalement tous les bateaux doivent veiller cette fréquence. Ca c’est la VHF telle qu’elle existait jusqu’il y a 10 ans environ.

De nos jours, avec le numérique, un canal a été dédié à des communications supplémentaires : le canal 70. Grâce à ce canal, on peut transmettre des messages basiques en texte (c’est la graphie, par opposition à la phonie), un peu comme des SMS maritimes. On utilise cette fonctionnalité surtout en cas de détresse, puisqu’on peut alors transmettre un appel et ne plus avoir à s’en préoccuper jusqu’à ce qu’on nous ait répondu. Ca évite que quelqu’un doive rester pendu à la radio tandis que la situation est critique.

Voilà pour ce premier volet concernant nos communications. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous les poser dans les commentaires à nos articles ou bien par email !

Nous serions heureux d'avoir votre commentaire !

*